20120219_c011
20120218_c11
p_19880723_d20538
20120219_c110

Dossiers photographiques

Mandalay fut capitale politique (dans les années 1860) et les villes environnantes l'on été avant elle (Shwebo, Sagaing, Inwa, Amarapoura); s'il en reste plus que des traces intéressantes, la ville est devenue une capitale économique au développement exponentiel; les rues parcourues par les troupeaux ou les carrioles à cheval il y a seulement 20 ans sont aujourd'hui le siège d'une circulation trépidante et anarchique.

Ce n'est sans doute pas (plus) l'étape touristique dont vous rêviez, mais sa situation au coeur de la Birmanie fait que que vous y passerez presque obligatoirement. Sans compter qu'en dehors des attractions les plus connues (et incontournables) comme la paya Mahamuni, Mandalay présente de beaux mosnastères de bois dont certains sont tombés dans un oubli émouvant.

Les villes environnantes évoquent encore l'atmosphère de villages et les paysages champêtres ne sont pas difficles à découvrir: profitez en pendant qu'il en est encore temps.

A voir en ville

la pagode (paya) Mahamuni
Le Bouddha assis de cette pagode draine des foules gigantesques; on vient y coller des feuilles d'or, mais les femmes ne sont pas autorisées à l'approcher à moins d'une dizaine de mètres.
20120218_c08
Le monastère (kyaung) Shwe Nan Daw
La pagode (paya) Kuthodaw
L'ascension de la colline de Mandalay, en bonne partie possible par une route, puis un ascenseur, à perdu beaucoup de son intérêt; n'espérez surtout pas admirer depuis son sommet le fabuleux paysage de rizières tel qu'il était visible dans les années 80: les constructions inesthétiques l'ont envahi.
Hors des sentiers battus
A quelques centaines de mètres du monastère de Shwe In Bin, déjà l'un des monuments parmi les plus méconnus de Mandalay, se trouve le monastère "oublié" de Tingaza ; c'est l'un des plus vieux monastères de Mandalay et contrairement à Shwe In Bin quelque peu transformé en musée, il est toujours fonctionnel; deux moines âgés vous inviteront peut-être à en découvrir l'intérieur. Une partie des bâtiments est à l'abandon (regarder où vous mettez les pieds car certaines planches pourraient s'effondrer).

A voir aux environs

Mingun
Depuis la construction du pont de Sagaing, les pélerins birmans viennent ici en pick-up, mais les étrangers continuent à préférer la longue, et pourtant charmante, traversée de l'Irrawaddy en bateau. Si vous avez la chance d'éviter la foule (préférez l'après-midi ?) vous vous rendrez compte qu'ici les taxis ne sont pas des carrioles à cheval, mais des chars à boeufs (vous vous déplacerez aussi très facilement à pied); et celà dure depuis les années 80; oubliez l'agitation du monde et la circulation chaotique de Mandalay et profitez des paysages et l'étrangeté des pagodes; cerise sur le gâteau, vous verrez ici la plus grosse cloche encore fonctionnelle jamais coulée.
Amarapura
Awa

En pratique

S'il est théoriquement interdit (pour un étranger) de louer des motos, cela ne semble pas très respecté et le restaurant Marie Min (entre autres) devrait pouvoir vous en procurer; mais, vu la circulation, je ne le conseille pas trop.

Compte tenu du plan de la ville (rues se croisant à angle droit numérotées selon des axes nord/sud et est/ouest), il est facile de se repérer; il est aussi possible de trouver des rues plus étroites et beaucoup moins fréquentées que les grandes avenues; ainsi je conseille de parcourir à pied ou en bicyclette la 27e rue ou l'ensemble du quartier situé à l'ouest du marché Zeigyo, le long du fleuve.

Pour les hébergements et les restaurants, lire mon carnet de route.