20110314_c02
20110314_c03

Dossiers photographiques

Rapa Nui? Il y a les moai bien sûr! Tout et n'importe quoi a été écrit sur cette ile qui ne laisse aucun visteur indifférent. C'est surtout un lieu extrêmement attachant, un site fragile, mais encore suffisament préservé du tourisme de masse pour questionner sur le sens du Voyage, et au delà des controverses, une histoire exemplaire pour méditer sur tout développement dans un monde fini. Si vous atterissez en dehors des vacances scolaires chiliennes, vous aurez presque l'ile pour vous seul; le sentiment d'être ici sur un bout du monde perdu au milieu du Pacifique est alors permanent. La magie des lieux doit beaucoup à cette impression...

20110605_c14
Motu Marotiri, la côte nord de Poike et l'Ahu Tongari depuis les pentes du Rano Raraku
© Michel Racine

L'ile a connu bien des viscicitudes; la civilisation pascuane a été totalement détruite, mais le futur n'est pas totalement désespéré. Aujourd'hui l'habitat permanent est concentré sur Hanga Roa; il n'existe qu'un seul hotel de luxe (et il est fort discret); le reste de l'hébergement touristique est simple (mais correct), constitué de "cabañas", dans les mains des résidents. A quelques kilomètres d'Hanga Roa, les véhicules deviennent rares. Il est clair que l'ile de Pâques n'est pas à même de recevoir une fréquentation touristique à la mesure de sa célébrité (ne serait-ce par exemple que pour gérer les déchets); la situation n'est pas encore trop tendue (quoi que le nombre des touristes chiliens...). Profitez-en avant qu'il ne soit trop tard.

Tout savoir sur l'ile de Pâques (y compris ce qu'on ne sait pas)

Histoire
Si l'analyse des séquences de l'ADN mitochondrial des polynésiens (E. Hagelberg, 1993; B. Sykes, 1995; E. Matisoo-Smith, 1998) a clos le débat sur l'origine du peuplement de Rapa Nui (non pas à partir des côtes péruviennes comme le prétendait Thor Heyerdahl en se laissant dériver sur le Kon Tiki, mais depuis l'est, c'est à dire les Gambiers), certains pensent encore que l'ile a été atteinte par miracle. Pourtant, si la découverte d'une ile aussi minuscule isolée en plein Pacifique représente un exploit, il est probable que les polynésiens ont quelque peu forcé le hasard. Naviguant à travers l'océan sur leurs canoës doubles, des navires conçus comme nos modernes multicoques de course, se guidant aux étoiles, les polynésiens possédaient dès la fin du premier millénaire une maitrise de la mer supérieure de plusieurs ordres de grandeur à celle des européens. Puissants et rapides, remontant très bien au vent, les grands canoës doubles atteignaient des vitesses considérables et les traversées de plusieurs milliers de kilomètres n'étaient qu'une affaire ordinaire.

La date de cette colonisation reste, elle, très discutée. L'opinion la plus générale tourne autour de l'an 800, mais Terry Hunt le situe vers 1 200 (). 1 200 daterait l'occupation d'Anakena, mais peut-être pas celle de de Tahai qui pourrait être plus ancienne. Cette écart justifie des interprétations différentes de l'effondrement de la "civilisation des Moais"; En 1 400 l'ile était couverte d'épaisses forêts (C. Delhon, 2008), possédait des cours d'eau permanents et la plupart des sols étaient bien plus épais et plus évolués qu'aujourd'hui. On sait que la culture polynésienne (pratique des brulis) à souvent été cause de destruction des forêts (aux Gambiers par exemple). Mais il semble inconcevable que les habitants aient détruit délibérément les arbres dont ils tiraient le bois si précieux pour la construction des navires, le transport des moais, la cuisson. La disparition de la forêt fragilisée par l'exploitation humaine est-elle due à une sécheresse exceptionnelle (), au Rat polynésien (T. Hunt, 2007)?
Delhon C. Orliac C.. 2008. Les Palmiers disparus de l'ile de Pâques : nouvelles données radiocarbones et phytolithiques. halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00328521/
Hunt T.. 2007. L'ile de Pâques détruite par les rats?. Pour la science 315, janvier: p28. (2006. Rethinking the Fall of Easter Island. American Scientist, Volume 94, Number 5: p412, september-october. )
De nouvelles données suggèrent une explication alternative à la théorie convenue de l'effondrement de cette civilisation.
Matisoo-Smith E. et col. 1998. Patterns of prehistoric human mobility in Polynesia indicated by mtDNA from the Pacific rat. PNAS December 8, 1998 vol. 95 no. 25 15145-15150.
Géologie
Rapa Nui est considérée comme une ile volcanique de point chaud, formée par l'assemblage de cônes volcaniques sucessifs: Poike (-3Ma), Rano Kau (-2,5Ma) et Terevaka qui ne date que de 600 000 ans (source: musée); il n'existe aucune donnée sur une éventuelle éruption historique, mais l'activité volcanique semble avoir persisté jusqu'à une époque très récente: 10 000 ans (Baker, 1967).
Baker P. E.. 1967. Preliminary account of recent geological investigations on Easter island. Geological Magazine; March; v. 104; no. 2; p. 116-122. geolmag.geoscienceworld.org/cgi/content/abstract/104/2/116

Randonnées (détails)

L'ile se prête merveilleusement bien à la randonnée.

L'ile de Paques en pratique

Climat
Ni trop chaud, ni trop froid, le climat est agréable toute l'année. De juin à septembre les soirées et matinées sont fraiches et les jours un peu plus courts. Le temps subit l'influence océanique et est assez changeant. Les pluies sont réduites avec un maximum en avril-mai; elles se produisent surtout la nuit.

Maunga Roho ?
Le fond des cratères abrite souvent des arbres qui y trouvent une protection contre le vent et un peu d'humidité

La température de l'eau reste agréable en toute saison. Les coraux ne sont pas suffisamment développés pour former un récif, mais plusieurs espèces sont présentes et des matériaux d'origine corallienne ont été utilisés pour représenter les yeux des moai.
Guides et assistance
L'ile est petite, la rareté des arbres fait qu'il est impossible de se perdre. Si vous n'avez pas eu le temps de lire avant de partir l'abondante littérature publiée sur l'ile, la CONAF a multiplié les panneaux informatifs (et d'interdiction) sur les sites archéologiques. Le guide local est loin d'être indispensable, mais dans certains cas, il vous aidera à repérer des "détails" que vous allez forcément louper. Un droit d'entrée de 30 000 pesos (valeur 2015) est perçu aux entrées (Rano Raraku, Orongo) du parc national (10 000 pour les citoyens chiliens).

Tout ce qui bouge (voiture, 4x4, quad, moto, VTT, cheval) peut se louer à Hanga Roa.
Hébergement et nourriture
Mis à part peut-être pendant la Tapati, vous n'aurez aucun problème à vous héberger. La plupart des hébergements disposent d'une cuisine. A Hanga Roa des épiceries proposent les aliments de base, évidememnt plus chers que sur le continent: si vous arrivez de Santiago, faites vos courses avant de partir! Si vous arrivez de l'extérieur (par exemple de Tahiti), ce sera sans doute moins intéressant et surtout plus problématique. En général la douane bloque essentiellement l'entrée des fruits frais au Chili (donc à l'ile de Pâques); la nourriture "emballée" à plus de chances de passer. Hors saison, les restaurants sont vides mais restent chers.
Banques
Au printemps 2011, je n'ai vu que deux distributeurs de billets sur l'ile. Celui de la Banco Estado, en plus de n'accepter que la mastercard limite le montant distribué (à environ 100 000 pesos m'a-t-il semblé); celui de la banque Santander impose (comme de très souvent au Chili) une commission de 2 500 pesos à la transaction (qui s'ajoute à la commission que votre banque prélève déjà): relisez vos contrats et choisissez la bonne carte! Regardez cependant aussi du coté de la station service Puna Vai(pres de l'aéroport): elle change les dollars, les euros et les TC, prend moins de commissions que les banques et pourrait disposer d'un ATM.
Y aller
Lan Chile détient l'exclusivité des vols sur l'ile de Pâques (anomal puisqu'il s'agit à présent d'une compagnie privée); elle en profite et les vols sont pleins: réservez longtemps à l'avance! Les vols (et les touristes!) sont plus fréquents pendant les vacances scolaires chiliennes. Sur Santiago, les vols sont presque quotidiens même en basse saison. On peut aussi relier, mais moins souvent, Lima et Papeete.

Références

Sykes B. et col. 1995. The origins of the Polynesians: an interpretation from mitochondrial lineage analysis. Am J Hum Genet. 1995 December; 57(6): 1463–1475.
Hagelberg E, Clegg JB. 1993. Genetic polymorphisms in prehistoric Pacific islanders determined by analysis of ancient bone DNA. Proc Biol Sci.

Bibliographie

Facts About Rapa Nui (Easter Island) www.eisp.org/120/

Parc national de Rapa Nui. whc.unesco.org/fr/list/715
Les données connues lors du classement en 1995 du Parc national de Rapa Nui (40% de la surface de l'ile) par l'UNESCO; en partie dépassées aujourd'hui.

Carte touristique (CONAF, disponible sur le site de l'UNESCO.

Fischer Steven Roger.. 2005. Island at the End of the World, The turbulent History of Easter Island. Reaktion Books, London.
Une documentation incontournable qui aide à poser les bonnes questions sur la passé, le présent et le futur de l'Ile de Pâques.

Micheline Pelletier. 2012. Ile de Pâques, Terra incognita. Editions de La Martinière.
Un livre moderne, dans le sens où il rend justice aux Pascuans: Fini le mépris (mais comment ont-t-ils pu ériger de telles statues? mais comment ont-ils pu découvrir une si petite ile perdue au milieu du Pacifique? Fini l'occultation des méfaits des prétendus civilisés débarqués sur l'ile, en fait des colonialistes de la pire espèce. Les photographies de l'auteur sont belles, souvent originales (beaucoup de vues aériennes), mais en plus informatives; elles soutiennent le texte, qui découpé en "flashs" successifs, appuyés sur des citations et des interviews, dresse progressivement l'histoire passée et présente de l'ile.